vendredi 12 avril 2019

L'élévation du niveau de diplôme n'est plus un obstacle à la mise en couple des femmes.

Dans la dernière livraison de sa revue (Revue de l'OFCE, VARIA, n°160-2018), l'OFCE présente une étude de Milan Bouchet-Valat qui soulève deux paradoxes liés à l'augmentation du niveau d'éducation des femmes :
Le premier est que la disparition des différences entre hommes et femmes en termes de célibat et d'hypergamie relative selon la classe sociale s'est réalisée sans que les inégalités de genre en termes de carrières professionnelles ne se soient résorbées. Le marché conjugal semble de ce point de vue nettement en avance sur le marché du travail.
Le second paradoxe tient à ce que la diminution des inégalités de genre s'est accompagnée d'un renforcement des inégalités de classe du point de vue du célibat. Si vivre en couple était déjà plus fréquent pour les hommes occupant une position sociale élevée dans les années 1960, c'est bien l'inverse qui était vrai chez les femmes. Or, l'augmentation du taux de célibat a frappé d'abord les femmes et les hommes les moins socialement favorisés

mardi 2 avril 2019

lundi 1 avril 2019

mercredi 27 mars 2019

Taxis et VTC

Une analyse pour faire le point sur le site de Telos.

Proportion de femmes sans enfants

Une note de l'Ined pour prolonger notre discussion sur la situation des femmes en Allemagne.

jeudi 21 mars 2019

mardi 12 mars 2019

dimanche 10 mars 2019

En Europe de l'Est, l'angoisse démographique

Un article du Monde sur les dynamiques démographiques européennes.

mercredi 27 février 2019

mardi 26 février 2019

Une socialisation genrée dès la crèche.

Un article du Temps qui présente la recherche de Wilfried Lignier.

mercredi 20 février 2019

Les français et les thèses complotistes

Voici un article d'Olivier Galland sur le site de Telos dans la perspective du futur chapitre de sociologie politique.